Solowheel Xtreme : Avis et Test Vidéo – Monoroue électrique

Un design solide, le Solowheel Xtreme est adapté pour rouler sur tous les terrains. Avec une conception entièrement nouvelle, la roue vous permettra de voyager en toute sécurité et sans effort. Les rembourrages sur les côtés s’adaptent à la jambe pour fournir un bon soutien. Vous profiterez également d’une sensation de liberté comme jamais auparavant.

Le Solowheel Xtreme possède un moteur très puissant et un nouveau système de contrôle intelligent qui anticipe chacun de vos gestes. Les nouveaux roulements à bille en silicone assurent la bonne friction pour un contrôle précis de la vitesse et de la direction. Les matériaux et la forme ont été choisis pour un confort qui dure dans le temps ; la coque en polycarbonate polymère haute concentration est résistante et légère.

Xtreme est doté de la fonction Bluetooth et l’application Solowheel pour smartphone, tablette et montres connectées. Cela vous permettra de surveiller l’état de votre Xtreme et enregistrer vos statistiques de conduite.
L’appareil utilise une batterie parmi les plus avancées. La batterie VC3 est non inflammable et sans risque d’explosion.

Voir le prix

Test de Solowheel Xtreme (Monoroue électrique)

Un YouTuber a décidé de tester la gyroroue Solowheel Xtreme, voici ses différents retours.

Il s’agit d’une roue 10 pouces Solowheel Xtreme ! Vous avez un système gyroscopique à l’intérieur qui va chercher à toujours maintenir la roue droite. Si vous allez vers l’avant ça fait avancer la roue, vers l’arrière ça l’a fait reculer.

Quelques chiffres importants : 12 kg, 20 km d’autonomie et environ 22/25 km/ heure en vitesse de pointe.

Est-ce que ça vaut vraiment la peine ? Je vais le tester tout de suite !

Souvent il y a un malentendu avec la Solowheel, les gens disent que c’est comme apprendre à faire du vélo. C’est tout à fait ça, mais ça ne veut pas dire que parce que vous savez faire du vélo vous allez être plus à l’aise sur un Solowheel. Il y a rien à voir. C’est juste que c’est pas tout à fait naturel, tout comme le vélo, il va vous falloir un certain temps avant d’être à l’aise puisque la difficulté finalement, c’est le départ. C’est-à-dire vous avez un pied placé sur la pédale et il faut arriver à placer le deuxième pied sachant que à l’arrêt le système gyroscopique ne va pas vous aider.

Il va falloir avancer en même temps qu’on démarre. Ça semble simple, mais au début c’est un petit coup à prendre. Une fois que vous avez réussi à stabiliser, avancer en ligne droite, la première épreuve c’est de répartir vos appuis sur les deux pieds. C’est ça qui est difficile. On est pas habitué à chercher à avoir une bonne répartition, il va falloir commencer à tourner. C’est tout bête, c’est un peu comme un snowboard ou dans d’autres disciplines de la glisse, c’est que c’est en fait votre corps et votre regard qui vont vous aider à tourner. Il faut pas chercher à faire des mouvements particuliers, mais juste tourner les épaules.

La difficulté c’est de garder le mouvement vers l’avant, c’est-à-dire avoir toujours une partie de votre corps qui va vers l’avant.

Est-ce qu’on se fait mal en apprenant à faire du Solowheel ? A priori non, par contre, pendant les premières session, vous risquez très fortement de vous faire des petits bleus parce que la roue n’est pas particulièrement ergonomique.
La roue n’est pas hyper confortable mais ce qui est sûre c’est qu’on s’amuse assez vite avec le solowheel, mais est-il vraiment adapté à la mobilité urbaine ? Quand il s’agit de traverser et qu’il y a un tout petit trottoir,  il y a aucun souci vous pouvez monter comme descendre.
Tant que le trottoir est simple et bas on y arrive facilement. A contrario, si le trottoir est haut, il va falloir prendre un peu d’élan.

Le solowheel est-il un engin de mobilité ou plutôt un engin de micro-mobilité de demain ? A mon avis non pas encore ! pourquoi ? Principal inconvénient : son poids : 12 kg en soi-même c’est pas énorme mais il faut le porter quand même ! Imaginez toute la journée vous êtes en train de faire vos déplacements, vous voulez rentrer dans n’importe quel magasin, vous vous retrouvez avec votre poids de 12 kg dans la main. Sans compter que pour aller travailler par exemple vous avez votre sacoche en plus puisque évidemment c’est pas là que vous allez mettre un porte-bagage.

L’autonomie est donnée pour 20 km, je suis monté jusqu’à 15 km sans aucun souci ! J’ai pas cherché aller au bout des batteries et à mon avis vous aurez jamais besoin d’utiliser 20 km de batterie. C’est vraiment un engin idéal pour un usage quotidien qui va entre 1 et 8 km maximum.

Au chapitre des bons points, il y a la simplicité d’utilisation ! Un simple bouton pour l’allumer vous appuyer dessus ça a l’éteint, vous rappuyez et ça l’allume.

On y retrouve une lumière bleu à l’avant du véhicule et rouge à l’arrière. La prise électrique est recouverte d’une petite petite protection, hyper simple  , elle se charge en seulement 1h30 ça c’est super !

On termine avec deux défauts qui ressemblent plutôt à des vices de fabrication et j’imagine qu’un jour on sera résoudre ce problème quand j’allume mon Solowheel, il est allumé. Si pour n’importe quelle raison ma roue quitte le sol, je fais une pirouette ou si je monte le trottoir et bien elle s’emballe après, elle va mettre beaucoup de temps à réussir à se stabiliser. La meilleure des solutions c’est qu’il faut éteindre la roue et la rallumer, ensuite le système se stabilise ! C’est pas mal mais c’est quand même super dangereux lorsque le solowheel s’emballe.

Le solowheel extrême c’est le deuxième modèle de la marque solowheel et vous avez vu la roue est largement découverte alors que l’ancien était beaucoup plus carénée, évidemment c’est pour donner un côté plus sportif
L’inconvénient quand même, c’est que quand vous roulez sous la pluie c’est un peu limite, car on peut être éclaboussé.

Comme pour vous je suis prêt à tout tester à fond, je ne recule devant aucun risque, on va voir si ça marche dans une descente pour le moins prononcé histoire de voir si ça freine bien dans les descentes et surtout si l’apapreil est capable de monter sur une côte qui doit faire 20 à 25 degrés maximum. Pour la descente ça se présente bien. Pour la montée il a peu du mal, mais oui ça monte, ça c’est pas mal quand même !

Pour conclure moi je suis fan il y a vraiment de quoi s’amuser avec ce genre de jouet mais par contre c’est beaucoup trop cher pour un jouet de 1490 €, d’autant plus qu’au quotidien moi je ne suis pas convaincu que ce soit l’outil idéal de mobilité urbaine, par contre on peut commencer à s’amuser à faire des trucs un peu rigolo.

Voir le prix

Solowheel Xtreme en image

Car une image vaut 1000 mots, voici « Solowheel Xtreme » en image :

Solowheel Xtreme (Monoroue électrique)

Solowheel Xtreme en image

Monoroue électrique

Monoroue électrique : Autres produits intéressants

Dans la catégorie « Monoroue électrique » , ces autres produits intéressent généralement les personnes qui, comme vous, s’intéressent à Solowheel Xtreme.

Caractéristiques techniques de Solowheel Xtreme

Voici quelques caractéristiques de ce produit :

Couleur Blanc
Saison toutes saisons
Piles incluses ? Oui
Marque Solowheel